Interviews
Sélim Arik, Mister France 2016, élu le 8 mars par Clara Morgane, Maxime Dereymez, Nadège Beausson-Diagne, Sarah Abitbol à Paris

Sélim Arik (Mister France 2016) « Je suis fier de ma double-culture »

#SélimArik #MisterFrance2016 #ValDeLoire #ClaraMorgane #NadègeBeaussonDiagne #MaximeDereymez #SarahAbitbol #MohamedAli #ErikaMoulet #EnoraMalagré #TPMS

Salut Sélim. Tu as été élu Mister France le 8 mars dernier, ta première réaction a été de pleurer. Qu’est-ce qui t’a ému ?

(Rires) Je ne suis pas quelqu’un qui pleure facilement. Beaucoup de gens ont été surpris par ma réaction avec cette émotion. Cette élection n’était pas quelque chose que j’ai pris à la légère, j’avais très envie de faire avancer une cause, celle de la diversité. Ma double culture franco-marocaine fait partie de moi et je suis quelqu’un qui prend les choses vraiment à cœur.

Tu as représenté la région Val de Loire, qu’est ce qui t’a donné envie de t’inscrire à ce concours ?

Il y a quelques mois, je me suis lancé dans le mannequinat et je trouvais l’opportunité de Mister France intéressante pour avancer vers ce projet. Mon frère m’a inscrit au casting, j’ai envoyé quelques photos et trois mois plus tard, j’ai été contacté pour participer au concours. J’avais même oublié que je m’étais inscrit à Mister France. (Rires) J’étais content d’être sélectionné mais ce n’était pas une fin en soi, l’objectif était de gagner la compétition. Etant boxeur, je ne me voyais pas me préparer pour un championnat sans me dire que je devais le remporter.

Lors de la soirée, le public présent t’a beaucoup encouragé tout comme le candidat représentant la Corse. Ça t’a fait quoi ?

Je pense que si j’ai gagné c’est grâce aux encouragements du public présent. Pendant les répétitions, on m’a fait remarquer que je ne souriais pas assez, je donne parfois l’image d’être quelqu’un de sérieux ou fermé, ce qui n’est pas forcément le cas. Au début de la soirée, je savais que je n’avais que cinq proches dans la salle alors que d’autres avaient amené plus de monde. Au fur et à mesure des tableaux, je sentais les cris du public lors de mes passages. Me dire que j’ai pu convaincre des spectateurs dans la salle m’a vraiment libéré et donné confiance.

« Mon modèle, c’est Mohamed Ali »

Comment était l’ambiance entre les différents candidats ?

Le comité Mister France nous a fait savoir que par rapport à l’année précédente l’ambiance était meilleure. Il n’y avait pas d’animosité entre nous, au contraire, on se soutenait beaucoup. Pendant les quatre jours ensemble, on a passé de supers moments. Il y avait une belle cohésion de groupe. Quand j’ai gagné, les autres candidats m’ont tous félicité sur scène. Depuis, on est toujours en contact les uns avec les autres. Même si ça reste une compétition individuelle, sans eux je n’aurai pas gagné puisqu’on passait sur scène en groupe et que chacun donnait le meilleur de lui-même.

Sélim Arik, Mister France 2016, élu le 8 mars par Clara Morgane, Maxime Dereymez, Nadège Beausson-Diagne, Sarah Abitbol à Paris

 Julien Poupart

Lorsque tu t’es exprimé devant le jury, composé notamment de Clara Morgane, Maxime Dereymez, Nadège Beausson-Diagne et Sarah Abitbol, tu as évoqué le fait que tu représentais la diversité. C’était important pour toi de parler de ta double-culture ?

Pour ma participation à Mister France, j’ai réfléchi à la manière dont j’avais envie de me présenter. Aurélien Giorgino, le premier gagnant de ce nouveau comité, avait déjà bien embelli l’image du concours avec sa classe et son sérieux. En devenant le premier Mister France métisse, j’étais fier de pouvoir représenter cette double-culture. Je me suis dit que ce serait important de mettre avant celui que je suis le plus honnêtement possible avec ma culture et mon passé.

Tu penses que ça va donner des idées à d’autres jeunes qui ont eu le même parcours que toi ?

Mon modèle dans la boxe, c’était Mohamed Ali parce qu’au-delà de son talent de boxeur, il portait des valeurs et un message fort autour de l’acceptation des différences. En tant que jeune issu de l’immigration, j’ai envie d’utiliser mon rôle de Mister France pour faire avancer les choses, faire bouger les mentalités. Je m’appelle Sélim, j’ai une double culture et j’ai porté les couleurs de la France en championnat. Si ma petite contribution peut donner envie aux jeunes de se bouger, de voir grand et d’avoir des projets, j’aurai eu ma victoire.

« J’aimerais être chroniqueur ou animateur télé »

Comment as-tu vécu les commentaires des médias ?

Je crois qu’il y a principalement eu des retours positifs de la part des médias. On a eu un reportage dans le Journal de TF1, des articles dans la presse, j’ai fait pas mal d’interviews aussi. On a parlé de nous dans Touche pas à mon poste, dans Le Grand 8 et sur pas mal de télés. Le seul article que j’ai vu qui a été dans la critique négative était le site Boulevard Voltaire qui se moquait et qui reprenait des informations erronées. Je ne sais pas s’ils sont vraiment bien placés pour émettre une critique sur mon élection…

Ton année de Mister France, comment tu la vois ?

Je ne sais pas encore, c’est difficile à dire parce que les choses vont très vite. Percer dans l’univers du mannequinat est quelque chose qui me tient à cœur. J’ai également pour projet d’évoluer dans le monde des médias : être chroniqueur ou animateur, ça m’intéresse beaucoup. Idéalement dans un secteur que je connais comme le sport.

Chroniqueur dans Touche pas à mon sport sur D8, ça te plairait ?

Si on me le propose, ça me plairait bien oui. J’aime bien cette émission en plus.

Et une télé-réalité, tu répondrais quoi ?

Ce n’est pas mon objectif pour le moment donc je dirais non.

Sélim Arik, Mister France 2016, élu le 8 mars par Clara Morgane, Maxime Dereymez, Nadège Beausson-Diagne, Sarah Abitbol à Paris

 Julien Poupart

L’Interview Hashtag de Sélim Arik, Mister France 2016

R# : Quel membre du jury pourrais-tu identifier comme la personne la plus sympa ?
SA : Nadège Beausson-Diane parce qu’elle m’a beaucoup conseillé après la victoire.

R# : Dans quelle émission aimerais-tu être taguée prochainement comme invité ?
SA : Touche pas à mon poste pour répondre aux questions que les chroniqueurs se sont posés suite à l’élection de Mister France.

R# : Entre Erika Moulet et Enora Malagré, qui ajouterais-tu amie ?
SA : Je ne vois qui est Enora Malagré, ils sont trop nombreux dans cette émission… J’ajouterais Erika Moulet en amie parce qu’elle a dit au sujet de Mister France qu’il fallait voir pour en parler.

R# : Avec quel candidat de l’élection ça matche le plus ?
SA : Jordan, Mister Antilles et Nadir, Mister Ile de France.

R# : Au sein des candidats de Mister France qui tu taguerais : le plus drôle ?
SA : C’était Charley.

R# : Le plus bogoss ?
SA : Je dirais Nadir et Charley.

R# : Le plus sympa ?
SA : Tout le monde était sympa sans exception.

R# : Quel mot mettrais tu en hashtag ?
SA :  Ce serait #symbolique.

Sélim Arik, Mister France 2016, élu le 8 mars par Clara Morgane, Maxime Dereymez, Nadège Beausson-Diagne, Sarah Abitbol à Paris

 Julien Poupart

Sélim Arik a été élu Mister France 2016 le 8 mars dernier au Théâtre Pierre Cardin à Paris. Il participera dans l’année à plusieurs évènements organisés par le comité Mister France. 

Sélim Arik, Mister France 2016, et Rachid Jelti, Rédacteur en chef et fondateur de Rashtag.fr

Sélim Arik & Rachid Jelti

 

Pour suivre Mister France 2016 sur les réseaux sociaux :

facebook-logo-bouton

twitter-logo-bouton

  • Êtes-vous satisfaits de l’élection de Sélim pour représenter Mister France 2016 ?
  • Comment voyez-vous son année avec ce nouveau titre ?

 

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le partager !
Partagez cette histoire
Chargez plus des Articles connexes
Voir plus d’articles Interviews

Laisser une réponse

Votre email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

A découvrir aussi

Aïda Touihri « Je prépare un recueil des blagues de Roselyne Bachelot »

#AïdaTouihri #LeGrand8 #LaurenceFerrari #RoselyneBachelot #HapsatouSy #ElisabethBost #CitéGagnant #LCP ...