Interviews
(c) Matias Torre

Interview Natalia Doco « On doit construire un monde nouveau »


#NataliaDoco #Respira #LeTempsQuilFaudra #MuchoChino #FaadaFreddy #BernardLavilliers #ManuChao #FréroDelavega 

Bonjour Natalia, merci de répondre aux questions de Rashtag. Avant de commencer je voulais te dire quelques mots en espagnol : « Muchas gracias para tu musica ».

C’est tellement mignon merci ! Si tu ne m’en veux pas, je peux faire une toute petite correction : en espagnol, pour dire « pour », on dire « por » et non « para ». C’est une toute petite faute de rien du tout mais j’adore et je te remercie beaucoup d’avoir fait l’effort de m’accueillir avec une si jolie phrase.

 

Ton disque « Respira » est sorti il y a quelques semaines. C’est la continuité de ton premier album « Mucho Chino » ?

Grâce à mon premier album « Mucho Chino », j’ai eu la chance d’expérimenter plein de choses du coup si tu veux pour certains titres, ça m’a permis de comprendre que ce n’était pas ce que je voulais comme musique, pour d’autres morceaux au contraire, j’ai pris conscience de ce que j’aimais. Alors, on peut dire que c’est la continuité car s’il n’y avait pas eu ce premier disque, mon EP sorti récemment « Respira » n’aurait pas été ce qu’il est. En même temps, c’est une nouvelle création donc il y a des sujets que j’ai eu envie d’aborder dont je ne parlais pas dans le précédent album.

 

Tu chantes : « Je respire, après la nuit, un nouveau départ », tu es quelqu’un de plutôt optimiste ?

En fait, c’est marrant quand j’écris des chansons c’est parce que je suis très chargée émotionnellement à l’intérieur. J’essaie tout le temps de trouver des techniques pour m’aider à traverser des situations qui ne sont pas hyper positives. Des fois, ça se passe vraiment à l’intérieur de nous-même. « Respira » évoque exactement à travers cette chanson le fait de ne pas se sentir très bien au fond de soi, je pars de mon cas personnel mais ça parle aussi à tout le monde. Dans ce titre, je fais en sorte de m’encourager et par la même occasion, j’invite aussi les autres personnes qui seraient confrontées à cette situation à respirer aussi pour prendre un nouveau départ. Il faut faire un peu plus confiance à la vie.

 

« Quand je compose, c’est comme si je faisais un bébé »

On retrouve sur ton EP le titre « Le temps qu’il faudra », tu dis « Paris, tu m’ouvres enfin tes bras ». Quel rapport tu as avec cette ville ?

Cette chanson expliquait la situation dans laquelle j’ai été entre Buenos Aires et Paris, ce moment où tu quittes tout et tu repars de zéro. Ce jour où tu t’installes dans un nouveau pays, tu recommences tout et je pense qu’il faut prendre le temps pour ça. Dans mon cas, pendant ma première année à Paris, je ne parlais pas du tout la langue, je ne comprenais rien ! (Rires) Il faut être patient avec soi-même et laisser les expériences nous faire avancer.

 

Qu’est-ce qui te plait le plus dans cette ville ?

J’ai tout de suite eu un coup de cœur pour Paris, cela va bientôt faire 4 ans que je vis ici. J’aime bien parler d’une sorte de « mémoire du futur » dans le sens où la première fois que j’ai mis un pied dans une rue parisienne, j’avais le sentiment que ce n’était pas la première fois justement… C’était comme si ces rues faisaient déjà partie de mon quotidien, je me suis sentie tout de suite à l’aise. Aujourd’hui, je me sens chez moi, j’ai l’impression d’être dans ma ville.

 

Comment se passe pour toi la création de musique ? 

C’est intéressant ta question. Je vois que Florian (NDLR Delavega) a tendance à commencer à composer et à me faire écouter les choses sans que ce soit forcément abouti et de manière très spontanée. Moi, je créé la musique de manière féminine je pense, comme si je faisais un bébé ! On le laisse à l’intérieur de soi, on le fait grandir et on le présente à tout le monde quand la grossesse est finie. Quand je présente une chanson, c’est comme si j’accouchais, personne ne peut changer mon bébé, il est à moi et je l’aime tel qu’il est.

 

« J’adore la chanson ‘Le temps qu’il faudra’, elle me touche »

Quel est le bébé qui te touche le plus justement sur cet EP ?

C’est assez difficile pour moi parce que je suis en plein dans mon prochain album au moment où je te parle donc je suis déjà amoureuse de mes futurs titres ! Si je devais choisir un titre sur l’EP, je choisirais « Le temps qu’il faudra » : j’adore cette chanson vraiment, que ce soit la musique, les textes, c’est un morceau qui me touche beaucoup.

 

Tu as travaillé avec Faada Freddy pour « On refait le monde », les sonorités Reggae c’était important pour toi comme mélange musical ?

(Elle sourit) Cette chanson, je la kiffe tellement ! (Rires) Le reggae est un peu la base de toutes les musiques que j’ai pu écoutées. Avec Faada, on partage beaucoup cet esprit « Bob Marley » d’unir les gens. Dès que l’on s’est vu, tout est allé très simplement. On s’est mis à composer et cette chanson est venue vraiment à nous très naturellement. C’était un superbe moment que l’on a vécu, j’aime beaucoup Faada, c’est un grand talent et humainement il est très impressionnant. Quand il rentre dans une pièce, il y a toute une lumière autour de lui et tout le monde en est conscient.

 

Comment est née la reprise de Bernard Lavilliers pour « Les mains d’or » ?

Mon beau-père est un grand fan de Bernard Lavilliers depuis toujours. Je lui ai souvent offert des disques de lui. Une fois, j’étais en voiture avec lui et il a mis l’un des cadeaux que je lui avais offert à savoir un album acoustique. On l’a écouté ensemble et quand le titre « Les mains d’or » est passé, j’ai été submergée par l’émotion et depuis je n’ai pas arrêté d’y penser. Avec mes musiciens, on a refait une version de la chanson et je dois t’avouer que lorsque nous sommes en concert, c’est l’un des morceaux que je préfère jouer car je sens qu’il se passe des choses.

 

« Manu Chao est un génie, un grand artiste »

France Inter a dit de toi que tu étais la petite sœur de Manu Chao. Ça t’inspire quoi ?

(Elle crie) Aïe, c’est vrai ? Mais il est où mon frère ? (Rires) Je veux bien être sa petite sœur et il y a plein de choses chez lui que j’admire tellement. Son approche de la musique et les mélanges qu’il propose avec autant de respect, je trouve ça tout simplement admirable. C’est un génie qui arrive à remettre au goût du jour des mélodies latino-américaines très anciennes avec beaucoup de modernité et sans jamais dénaturer les sonorités. Tu sais, pas plus tard qu’hier, j’écoutais l’un de ses albums et je me faisais la réflexion que je ne me fatiguerais jamais d’écouter la musique de ce grand artiste.

 

Auteure, compositrice et interprète, s’il fallait écrire une chanson de ton humeur du jour elle porterait sur quoi ?

J’aimerais écrire une chanson qui nous donnerait la force de nous rapprocher les uns des autres, un titre qui permette à chaque personne qui l’écoute de ne pas être contre l’autre mais avec l’autre plus que jamais… Soyons unis, restons ensemble et construisons un nouveau monde dans lequel on a tous notre place.

 

Tu as participé à la « Star Academy » en Argentine. Quels souvenirs en gardes-tu ?

Si je peux dire un gros mot, je te dirais que c’est de la m###e… (Rires) J’étais très jeune à l’époque, je n’avais rien vécu tu sais. Je suis tombée dans le piège de cette société qui nous fait croire que la réussite repose sur le fait d’être connu, comme si l’accomplissement de soi passait par la célébrité. Quand je me suis retrouvée dans l’émission, je me suis rendue compte que tout était faux et que même les professionnels qui devaient nous juger dans le programme n’étaient pas sincères dans leur manière d’être. J’en ai conclu que je n’étais pas à ma place. Le concept de célébrité est une illusion de la société, ça ne repose sur rien et même ça n’existe pas. Je ne suis pas partie de la meilleure façon puisque j’ai perdu beaucoup de confiance en moi au fil des semaines.

 

« Nous n’avons jamais caché notre relation avec Florian »

On t’a approchée pour participer à « The Voice » ?

Tu sais, on m’a contactée plein de fois pour « The Voice ». J’ai toujours refusé, le télé-crochet n’est pas quelque chose dans lequel je me sens à l’aise. J’ai fait mon expérience déjà à la « Star Academy » et même si j’ai détesté cette partie de ma vie, j’en ai tiré des leçons. Le concept de célébrité à la télévision me dérange profondément.

 

Tu évoques très simplement Florian Delavega, on vous a récemment vu ensemble aux « NRJ Music Awards ». Vous avez réfléchi avant de parler de votre relation ?

Je te remercie pour ta question car on a lu des articles qui disaient que nous ne cachions plus notre relation. On n’a jamais rien caché (Rires). Tu sais que quand il était dans « The Voice », j’étais déjà tout le temps avec lui donc il n’y avait rien de caché au public. Je ne te parle même pas des news qui titrent « Florian Delavega n’est plus célibataire » (Rires) Que les gens sachent que l’on est ensemble n’a aucune importance et le public respecte beaucoup notre relation. Depuis 2012, nous sommes en couple et on a tout vécu ensemble. Je vais même t’avouer un truc, les premières vidéos des Fréro Delavega que l’on a vues sur internet, c’est moi qui les ai filmées. On ne se prend vraiment pas la tête, on vit comme tout le monde.

 

Vous vous invitez de temps en temps sur vos scènes respectives. Si tu devais reprendre l’un de leurs titres ?

De leur premier album, si je devais chanter un titre, ce serait « De l’autre côté ». D’ailleurs, pour ceux qui ne le savent pas Florian a écrit cette chanson en pensant à notre rencontre quand il dit «  J’errais dans ce bas monde, je t’ai retrouvée. Cette Terre n’est pas si ronde vue de ce côté ». Pour le kif, j’adorerais aussi chanter « Mon petit pays » avec une guitare très simplement…

 

Passons à l’Interview Hashtag si tu es d’accord.

 

(c) Matias Torre

(c) Matias Torre

L’Interview Hashtag de Natalia Doco

 

R# Lady Gaga et Tony Bennett préparent un nouvel album en duo : tu retweetes ?

ND# Je ne retweete que la moitié qui concerne Tony Bennet.

 

R# La sortie du dernier James Bond avec Daniel Craig et Léa Seydoux : tu likes ?

ND# Je ne like pas. Il faut laisser la place aux nouvelles idées, on n’en peut plus d’avoir 1 200 films sur Batman et James Bond. (Rires) Et puis, James Bond a besoin de se reposer maintenant ! (Rires)

 

R# Le nouvel album de Sia attendu pour le 4 décembre prochain : tu partages ?

ND# Je n’aime pas trop les chanteuses qui crient… Je ne partage pas, désolé (Rires)

 

R# Taylor Swift gagne un million de dollars par jour selon The Express : ça t’inspire quoi ?

ND# Rashtag, je te remercie de me tenir informée de cette actualité qui me rend triste. (Rires) Je ne sais pas ce qu’elle fait avec un million de dollars par jour et je ne pense pas que l’argent de notre monde soit si bien réparti.

 

R# Entre Imany et Inna Modja, quel artiste mettrais-tu en favori ?

ND# Imany car en plus d’être une belle artiste c’est une grande amie.

 

R# Avec qui ça matcherait pour un duo ?

ND# Humainement, j’adorerais faire un duo avec Manu Chao et si c’est pour me faire un kif, je dirais Devendra Banhart, un artiste vénézuélien.

 

R# Qui recommanderais-tu sur les réseaux sociaux ?

ND# Alejandro Jodorowsky, un grand auteur et réalisateur.

 

R# Que mettrais-tu en hashtag pour conclure ?

ND# J’aimerais choisir #OnRefaitLeMonde pas juste parce que c’est l’un de mes titres mais parce que j’espère sincèrement que l’on trouvera la clef pour refaire le monde.

 

R# C’est la fin de l’interview, un grand merci à toi.

ND# Je te remercie, à bientôt !

 

(c) Matias Torre

(c) Matias Torre

« Respira » de Natalia Doco est disponible sur toutes les plateformes de téléchargement légal et en ligne sur les sites d’écoute de musique. Elle sera en concert le 24 novembre à Courbevoie, le 29 janvier à Serignan, le 4 mars à Landivisiau,… Vous pouvez suivre l’actualité de Natalia Doco sur les réseaux sociaux :

Icone-Facebook_Rashtag  Nathalia Doco

 

Rachid Jelti & Natalia Doco

 

Vous aimez « Respira » le dernier EP de Natalia Doco ? Quel est votre titre favori ? 

 

Nous attendons vos réactions sur www.rashtag.fr ainsi que sur les réseaux sociaux @rashtagmedia.

 

Un grand merci à Natalia Doco, Belleville Music et MaComAgency .



        
Partagez cette histoire
  • (c) Matias Torre

    Interview Natalia Doco « On doit construire un monde nouveau »

    #NataliaDoco #Respira #LeTempsQuilFaudra #MuchoChino #FaadaFreddy #BernardLavilliers #ManuChao #FréroDelavega  Bonjour Natalia, merci de répondre aux questions de Rashtag. Avant de commencer je ...
Chargez plus des Articles connexes
Voir plus d’articles Interviews

1 Commentaire


  1. Celine

    23 novembre 2015 à 14 h 00 min

    Magnifique interview ! Une grande artiste, au grand coeur !!! Je l’adore !!!

    Répondre

Laisser une réponse

Votre email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

A découvrir aussi

Jennifer Lopez, top ou flop pour son nouveau single ?

#JenniferLopez #AintYourMama #JennyFromTheBlock #AmericanIdol #ShadesOfBlue #LasVegas #DrLuke #Kesha  ...