Interviews
Matt Houston - Rashtag

Interview Matt Houston « Je cherche le nouveau Michael Jackson »


#MattHouston #Libra #DieuCréaLaFemme #WillyDenzey #JeanLucGuizonne #Humphrey #MikeKenli #KevinMengi #SecretStory #RnbDeRue #MichaelJackson #Wallen

Bonjour Matt, merci de répondre aux questions de Rashtag. Tu as sorti ton 7e album le 30 septembre, le jour de ton anniversaire. C’est un cadeau que tu as voulu te faire ?

Je me suis dit que c’était l’occasion de faire un cadeau aux personnes qui me suivent et de me faire un cadeau par la même occasion. En fait, je me suis toujours dit qu’un jour je sortirais un album le jour de mon anniversaire, je n’avais pas prévu que ce soit pour celui-là mais le hasard a bien fait les choses.

 

On a découvert il y a quelques jours ton titre « Porte mon gosse » dans lequel tu dis « Je veux un enfant de toi ». À qui la chanson est destinée ?

C’est un message général d’un homme à une femme. Moi, j’ai un enfant donc j’ai déjà fait cette demande. J’aimerais en avoir d’autres plus tard mais ce titre ne s’adresse pas à ma femme en particulier sinon j’aurais chanté le morceau en solo.

 

Justement, tu es accompagné sur le titre par Willy Denzey, Jean-Luc Guizonne, Monsieur Nov entre autres… Pourquoi ce choix d’un titre en groupe ?

Ce sont des artistes que je connaissais ou que j’ai eu l’occasion de croiser. Tous font partie du même univers musical que moi et on n’avait jamais vraiment eu de titre pour tous nous rassembler. Ça faisait un moment que je voulais faire un morceau multi-artistes donc j’ai passé des coups de fil, ça a pris beaucoup de temps, c’est même la chanson qui a pris le plus de temps sur l’album. J’ai choisi de la décomposer en deux parties : une première partie avec des artistes qui ont déjà de l’expérience et qui sont confirmés dans leur domaine, une deuxième partie avec des personnalités que l’on n’aurait pas forcément attendues comme Mike Kenli qui vient du monde du web. Pendant l’enregistrement, chaque personne a pu écrire sa partie avec ce qu’elle avait envie de dire et l’aborder à sa façon.

 

« J’ai fait un voyage de 15 ans en arrière »

Au niveau des sonorités, on est dans le RnB français classique, tu avais envie de revenir aux sources ?

On est de retour dans les « basics » à la fois pour ce titre et pour l’album. Je recevais beaucoup de messages nostalgiques donc à un moment donné, j’ai réécouté mes deux premiers albums, je me suis replongé dans cet univers. Ce voyage de quinze ans en arrière m’a amené vers des sons plus à l’ancienne. Ça ne veut pas dire que, pour la suite, je ne referais pas des sons différents et peut-être plus actuels mais, sur ce projet-là, j’avais envie de partir sur cette voie du Rnb plus classique.

 

Un mot sur le clip de 10 minutes, c’était important d’y consacrer cette durée ?

Mon réalisateur et moi, on tenait à ce que tout le monde soit réuni donc ça donne un clip de 10 minutes. C’était bon enfant, on était tous réunis, certains se sont rencontrés pour l’occasion car ils ne se connaissaient pas. Le tournage a été un vrai kif pour nous tous. On se retrouve entre artistes qui aiment la même chose, qui ont les mêmes influences et qui écoutent la même musique. On s’est beaucoup amusés.

 

Après 6 albums, tu reviens donc avec l’album « Libra », comment as-tu abordé la création de ce disque par rapport aux autres ?

Le titre « Porte mon gosse » a été le premier que l’on a écrit et composé. Il a pris beaucoup de temps, à savoir une bonne année de travail. C’est en même temps celui qui a fait naître l’album et la couleur musicale de « Libra ». Pour moi, chaque album a été conçu et imaginé de manière différente. Le plus important, c’est d’identifier de quoi j’avais envie de parler. En l’occurrence, j’avais beaucoup de choses à raconter, de sujets qui me tenaient à cœur. Dans ma manière d’appréhender la musique, c’est toujours très spontané, je peux descendre dans mon studio à 3H du mat’ en caleçon avec une idée ! (Rires) Il n’y a pas de règle si ce n’est que je pars systématiquement de la musique en premier pour aller vers l’émotion et les textes ensuite.

 

« Depuis mes débuts, je ne fais pas que du RnB »

Tu as choisi d’évoquer des sujets de société avec des titres comme « Euthanasie », « France » ou encore « L’argent pourrit les gens » : c’est un album plus engagé que tu as eu envie de défendre ?

C’est un album plus mûr, j’ai 38 ans, je ne peux plus parler des mêmes sujets qu’il y a quinze ans même si j’abordais déjà des sujets forts comme l’inceste ou autre. Le RnB est de base une musique d’amour mais c’est important d’aller là où on ne nous attend pas forcément. Mon titre coup de cœur c’est « Les Livres », il aborde le sujet de la tolérance aujourd’hui. J’aime beaucoup aussi la chanson « France ».

 

Ton précédent album est sorti en avril 2012, on y retrouve le titre « Positif » qui a été un tube. On est un peu plus éloigné du RnB avec lequel on t’a connu, c’était une parenthèse pour toi ?

Tu sais, depuis mes débuts, je n’ai pas fait que du RnB, c’est important de le rappeler. Sur « Cendrillon du Ghetto » en 2001, on touche aux sonorités afro-caribéennes, parfois je vais vers la bossa nova, le reggaeton ou même la musique salsa. Je suis quelqu’un de très ouvert musicalement. Je vais même te dire, demain si un artiste issu de la variété française me contacte pour un duo et que l’idée me plaît, j’irais sans hésitation.

 

Les gens ne le savent pas forcément mais tu as composé le générique de l’émission « Secret Story » qui en est à sa neuvième saison sur TF1… Comment on se retrouve sur un tel projet ?

Le boss de TF1 Musique aujourd’hui qui s’appelle Santi m’avait signé à l’époque sur Universal à mes débuts, c’était le premier à avoir cru en moi donc on est restés en contact. Un jour, je lui ai envoyé un son qu’il a bien aimé, on s’est revus par la suite pour travailler dessus. Ce n’était pas une commande que l’on m’a passée, ça s’est fait par hasard et au feeling.

 

« Secret Story me rapporte toujours de l’argent »

Tu as évoqué sur le plateau de NRJ12 avoir gagné entre 100 000 € et 200 000 € grâce à ce titre. C’est toujours le cas aujourd’hui ?

Ah ah, bonne question ! Pour te répondre, dès lors que l’émission est à l’antenne, on continue à gagner de l’argent… Et je n’ai même pas demandé plus sachant que le programme est encore plus diffusé cette année.

 

Le grand public t’a découvert avec le tube « RnB de rue » en 2001. Tu étais l’un des précurseurs de ce style musical. Quels sont les artistes français qui représentent le plus cette musique aujourd’hui ?

Il y a beaucoup d’artistes en développement notamment sur le web, certains sont sur la partie 2 de « Porte mon gosse » : Mike Kenli, Kevin Mengi, Freddy Evans, Nadd. Pour moi, ils ont un grand avenir dans la musique.

 

Tu pourrais produire un nouvel artiste pour le faire émerger justement ?

Je suis à la recherche de mon Michael Jackson ou de ma Michael Jacksonnette ! (Rires) Dès lors que je l’aurais trouvé(e) et produit(e), je pense que je raccrocherais les gants pour me consacrer à sa carrière.

 

 Je te propose que l’on passe à l’Interview Hashtag. 

 

L’Interview Hashtag de Matt Houston

R# « Affaire de famille », l’album hommage au Secteur A attendu pour mi-novembre : tu retweetes ?

MH# Oui, je retweete, c’est le Secteur A quand même.

 

R# Entre Tragédie et Lââm : quel come back tu likes le plus ?

MH# Je dirais Lââm.

 

R# Les « NRJ Music Awards » sur TF1 : tu cliques ou tu nextes ?

MH# Je clique !

 

R# Janet et Missy Elliott réunies sur le titre « Burnitup! » : quel commentaire cela t’inspire ?

MH# C’est mortel, Missy et Janet, ça déchire.

 

R# Entre Kayna Samet et Wallen : avec quel artiste ça matcherait le plus pour un duo ?

MH# Les deux avec plaisir. Après comme j’ai déjà fait un featuring avec Kayna, je dirais peut-être Wallen.

 

R# Un mot que tu aimerais mettre en hashtag pour conclure ?

MH# Pour moi, #Libra !

 

R# Merci Matt, c’était un plaisir.

MH# Cool, merci à toi Rashtag.

 

« Libra », le 7e album de Matt Houston est sorti le 30 septembre dernier. Vous y retrouvez son titre « Porte mon gosse » mais également « Dieu créa la Femme », son dernier single. Pour suivre son actualité, rendez-vous sur les réseaux sociaux :

 Icone-Twitter_Rashtag Matt Houston

Icone-Facebook_Rashtag  Matt Houston

 

Rachid Jelti & Matt Houston

 

Si vous avez aimé l’article, n’oubliez pas de liker, partager et réagir sur Rashtag.fr.

 

Vous pouvez également le commenter sur les réseaux sociaux via notre compte @rashtagmedia.

 

Partagez cette histoire
  • Matt Houston - Rashtag

    Interview Matt Houston « Je cherche le nouveau Michael Jackson »

    #MattHouston #Libra #DieuCréaLaFemme #WillyDenzey #JeanLucGuizonne #Humphrey #MikeKenli #KevinMengi #SecretStory #RnbDeRue #MichaelJackson #Wallen Bonjour Matt, merci de répondre aux questions de Rashtag. ...
Chargez plus des Articles connexes
Voir plus d’articles Interviews

Laisser une réponse

Votre email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

A découvrir aussi

Mathieu Canaby « Je suis tombé dans la marmite de la musique »

#MathieuCanaby #MissCalifornia #DanteThomas #GaryFico #StevieWonder #MichaelJackson #MichelBerger #PriscillaBetti ...