Interviews

Interview Jarry : « Si tu n’es pas extraverti, tu ne deviens jamais une princesse »

#Trévise #Atypique #DidierBourdon #JérémyMichalak #France2 #Arthur #AnthonyKavanagh #FlorenceForesti #FabriceLucchini #GillesVerdez #ElisabethBuffet #CharlotteGabris #JeffPanacloc

Bonjour Jarry, merci d’avoir accepté de répondre aux questions de Rashtag.

Bonjour Rashtag !

 

Avant de parler de ton spectacle, je voudrais que l’on revienne un peu sur ton parcours. Tu as fait tes débuts en tant que danseur dans une compagnie de hip hop ! Tu voulais en faire ton métier ?

Mes frères étaient footballeurs alors que moi je voulais danser. Sauf qu’être danseur, c’était un peu la honte dans la famille donc j’ai d’abord dansé dans ma chambre et vers l’âge de 14 ans j’ai rencontré des potes du lycée qui venaient tous de cité et qui faisaient du hip hop. Après cela, je me suis mis à en faire tout le temps et à 18 ans j’ai créé ma compagnie avec laquelle on a fait des spectacles un peu partout. Aujourd’hui, mes années de hip hop me permettent d’avoir un spectacle vivant et physique : tout ce que je n’arrive pas à dire avec les mots, je le dis avec le corps.

« J’utilisais le théâtre et la danse comme un moyen d’apprentissage auprès de jeunes en difficulté scolaire. »

Tu t’es beaucoup impliqué dans des lycées et maisons d’arrêt pour donner notamment des cours d’expression scénique. Quand on te voit sur scène, on a du mal à t’imaginer enseignant…

J’étais un enseignant complètement barré moi ! Je pense vraiment que l’on peut apprendre en s’amusant, on n’est pas obligé forcément d’asseoir une autorité importante. J’intervenais auprès d’un public dit « difficile », auprès de jeunes en grande difficulté scolaire donc j’utilisais avec eux le théâtre et la danse comme un moyen d’apprentissage.

 

A 22 ans tu montes à Paris, comment as-tu vécu tes premiers temps dans la capitale ?

Quand je suis arrivé à Paris, je n’avais jamais pris de cours de théâtre. Je me demandais ce que j’allais faire dans la vie, j’ai passé une audition dans une compagnie de théâtre d’improvisation. Comme je suis quelqu’un qui ne fais pas les choses à moitié, je m’en fichais de n’avoir jamais fait de théâtre de ma vie et je ne complexais pas : je donnais ce que j’avais à donner. Et j’ai été retenu.

« Mes parents m’ont toujours dit : Si tu veux, tu peux »

Comment réagissent tes proches qui ne sont pas dans le monde du spectacle à cette époque ?

Depuis tout petit, ils se demandaient déjà comment ils avaient pu faire un enfant qui ne ressemble pas du tout aux autres. Je n’aimais pas aller à la pêche, je n’aimais pas aller à la chasse, j’aimais danser, faire de la cuisine et chanter ! Il se trouve que j’ai eu la chance d’avoir des parents incroyables qui m’ont toujours dit « Si tu veux, tu peux ». Et ça a été mon leitmotiv « Je veux, alors je peux ».

 

Tu as d’abord été comédien dans des rôles dramatiques. Comment passe-t-on du dramatique au comique ?

On passe du dramatique au comique en se faisant viré tout simplement ! (Rires) On me reprochait de faire rire la salle. Un jour, j’étais entrain de jouer une pièce qui s’appelle « Le Mythe de Persée » et à un moment mon père meurt dans mes bras : la salle était morte de rire alors que moi je jouais ça au premier degré et je pleurais…

Pour moi, c’était horrible surtout quand le metteur en scène vient me dire « Jarry, il y a un souci, c’est une pièce dramatique et là les gens rient ». Résultat : au bout d’une semaine, je me suis fait virer. A cette époque je ne me serais jamais dit « Je vais devenir comique » pour moi ce n’était pas le vrai théâtre ! Aujourd’hui, j‘ai évidemment changé d’avis… Et un jour, je rencontre Didier Bourdon qui me dit « Tu es quelqu’un de drôle, il faudrait que tu fasses de l’humour ! »

« Quand tu nais dans les vignes, si tu n’es pas extraverti tu ne deviens jamais une princesse ! »

Et quand il te dit cela, tu te lances ?

Pas du tout. Je ne l’ai pas pris au sérieux, en réalité je m’imaginais qu’il me jugeait mauvais comédien. Je ne savais pas que faire rire c’était aussi dur ! Je ne savais pas que cela demandait un jeu de comédien de dingue. Je me suis mis à écrire, j’ai testé et le fait de faire rire les gens, j’ai trouvé cela magique… Avant d’être humoriste, je suis surtout une nature très extravertie. Quand tu nais dans les vignes, si tu n’es pas extraverti tu ne deviens jamais une princesse !

 

Parlons de ton spectacle « Atypique » que tu joues actuellement au Théâtre Trévise à Paris. D’où vient l’idée de ce nom ?

En fait, il fallait trouver un titre au spectacle et je n’y arrivais pas. Quand j’ai demandé à un pote comment on appelle un truc que l’on n’arrive pas à définir, il m’a répondu « Atypique ». Ca m’a plu et c’est devenu naturellement le nom du spectacle : il y a même des gens qui pensent que c’est mon nom de famille.

« Un jour chez « Pôle Emploi », on me propose de devenir boucher. C’est grâce à cela qu’est né mon spectacle… »

Tu parles dans ton spectacle d’un conseiller « Pôle Emploi » qui te propose un emploi de boucher…

C’est grâce à cela qu’est né mon spectacle ! Un jour, je vais chez « Pôle Emploi » pour un rendez-vous et là mon conseiller m’explique « Ecoutez, j’ai une formation de boucher pour vous, on est en pénurie de boucher ! ». Au début, je pensais vraiment que c’était une blague et je me dis en riant « C’est génial, j’adore l’idée de porter des squelettes sur mon dos… » (Rires). Sauf que lui est sincère et je me retrouve en découverte du métier de boucher pendant deux jours à Rungis. J’en ai beaucoup ri alors que lui m’affirmait que dans la vie on faisait sept métiers en moyenne et qu’il ne fallait pas chipoter. Suite à cela, je suis allé tester une vingtaine de métiers : aujourd’hui, j’en joue dix sur scène.

 

Qu’est-ce que tu veux dire par « tester » ?

Je contacte différentes personnes avec des métiers divers et je leur explique que j’aimerais passer une semaine en immersion avec eux. C’était une expérience formidable, j’ai rencontré des gens géniaux que je n’aurai surement jamais croisés dans ma vie. Quand j’ai testé le GIGN par exemple, j’ai beaucoup appris sur moi. Je précisais bien aux gens que j’allais en faire mon spectacle et ils étaient tous d’accord sous réserve que je ne sois pas dans la caricature, que je ne cite pas leur prénom et que je ne dénigre pas leur métier. Mon but était vraiment de valoriser le travail des gens ! D’ailleurs, ils sont tous venus me voir. Quand la Garde Républicaine est venue me voir, ils m’ont remercié de les avoir fait rire en dédramatisant leur métier. Pour moi, dans une période comme aujourd’hui, où l’on est tous dans les clichés, c’était important d’avoir un spectacle qui rapproche les gens et qui montre que l’on peut rire de tout.

« L’humour ce n’est pas se moquer de quelqu’un pour faire rire les autres. »

C’est quoi le cliché de l’humoriste pour toi ?

C’est de taper sur quelque chose sans le défendre et sans lui donner la possibilité d’être défendu. Je veux bien qu’on tape sur les gros, que l’on tape sur les nains, mais à un moment donné c’est pour dire quelque chose ! Si c’est juste faire une vanne pour faire une vanne, moi cela ne me fait pas rire. L’humour doit avoir du fond. S’il n’y a pas de fond, c’est trop facile. On a une responsabilité à partir du moment où l’on est médiatisé, on a une obligation d’être neutre. L’humour ce n’est pas se moquer de quelqu’un pour faire rire les autres.

 

Quels autres métiers aimerais-tu tester?

J’aimerai bien tester le métier de chirurgien, de conducteur de taxi. J’adorerai également faire pilote de ligne, gynécologue,…

 

Comment fait-on pour passer dans un même spectacle d’une caissière chez LIDL à un membre du GIGN où encore d’un prêtre à un maitre nageur ?

En réalité, je passe d’un personnage à l’autre en une seconde et sans me prendre la tête ! Je ne joue pas un personnage, je le vis. Donc ce qui est compliqué, c’est que quand les gens n’aiment pas mon spectacle en fait c’est la personne que je suis qu’ils n’aiment pas. Dans mon spectacle, je suis comme dans la vie de tous les jours.

 

Tu as intégré l’équipe de « Face à la bande », le jeu de Jérémy Michalak sur France 2. Comment es-tu arrivé sur le programme ?

J’ai fait un pilote pour M6 l’année dernière avec Jérémy Michalak. 2 mois plus tard, il m’a appelé en me disant qu’il faisait sa propre émission sur France 2 et qu’il voulait que je sois de la partie. Comme c’est une émission avec du fond et qu’il y a de l’information, l’idée m’a plu tout de suite. Jérémy a été le premier à me faire venir en télé dans une quotidienne alors que personne ou très peu de gens me connaissaient. En plus, l’ambiance est vraiment top.

« Je n’aime pas Gilles Verdez de « Touche pas à mon poste » ! Je le trouve aigri. »

On pourrait te voir, comme Jean-Luc Lemoine, chroniqueur dans « Touche pas à mon Poste » ?

J’aime beaucoup Cyril Hanouna. C’est quelqu’un qui a réussi et qui s’est battu pour réussir. Il s’est toujours accroché. En revanche, je ne suis pas fan de tous ses chroniqueurs mais ils ont le droit d’exister. Enora, même si c’est la reine du buzz, je l’aime bien. Elle dit des choses. A partir du moment où elle se sent en accord avec ce qu’elle dit, c’est le plus important. Celui que je n’aime vraiment pas, c’est Gilles Verdez ! Je le trouve aigri. Je ne crois pas qu’il soit obligé de prendre ce personnage qui est toujours dans la négation. Je pense qu’il est plus intelligent que cela, qu’il a de l’épaisseur et de la culture. Il devrait nous donner envie de s’approcher de lui plutôt que de créer de la distance comme il le fait. C’est facile d’être con dans la vie, mais être intelligent et intéressant, cela demande plus d’effort.

 

Tu as également fait partie de la bande d’Arthur dans « Vendredi Tout est permis ». On pourrait te revoir dans le programme ?

Oui, il m’a réinvité pour plusieurs émissions que l’on va tourner cette semaine et je suis ravi d’intégrer cette « jolie folie ». Au delà de la notoriété que cela apporte, quel kiffe de faire des jeux complétement délirants et de vivre d’aussi bon moments. En plus, Arthur, qui est souvent critiqué, moi je le trouve impressionnant ! C’est la première fois de ma vie où j’ai été aussi impressionné : le mec gère son truc, il sait quand il faut mettre du rythme, il sait nous mettre à l’aise. Et il donne vraiment sa chance aux jeunes générations.

 

Tu as mis en scène Charlotte Gabris, Jeff Panacloc, Elisabeth Buffet. Qu’est-ce qui te plait dans l’exercice ?

Metteur en scène c’est vraiment un métier qui me passionne : être dans l’ombre et s’occuper de quelqu’un c’est juste génial. Essayer de le comprendre, de le mettre en lumière autant que possible. C’est tellement gratifiant : on prend quelqu’un tel qu’il est pour l’amener ailleurs : ca me rappelle presque quand j’étais enseignant. Je vais bientôt mettre en scène Anthony Kavanagh d’ailleurs !

« J’adorerais mettre en scène Florence Foresti. »

Il y a d’autres personnes que tu aimerais mettre en scène ?

J’adorerais mettre en scène Florence Foresti et Fabrice Lucchini. Vraiment j’adorerais ! Tous les autres peuvent aller se faire enc### (Rires)…

 

Sur quels autres projets on pourrait te voir ?

Je suis entrain d’écrire une comédie sur Alzheimer et Parkinson, deux sujets pour lesquels j’avais envie d’écrire. Je vais réunir une dizaine de personnes autour de moi pour ce spectacle : Elizabeth Buffet, Hugues Duquesne (des Lascars Gays), Laurent Artufel, Sophie Favier, Sandrine Corman,… Ce sera une comédie avec du fond pour dédramatiser ces thèmes.

 

Jarry, notre entretien est bientôt fini mais avant, c’est le moment de l’Interview Hashtag.

 

L’Interview Hashtag de Jarry :

 

ITW-Bulles_Rashtag La sortie de l’album « Kiss and Love » pour les 20 ans du Sidaction : tu retweetes ou pas ?

J# Oui, je retweete. J’aime beaucoup Pascal Obispo (réalisateur de l’album).

 

ITW-Bulles_Rashtag Le dernier spectacle de Florence Foresti : tu le mets en favori ou pas ?  

 J# Bien sûr que je le mets en favori. J’ai adoré ! Pour moi, c’est l’exemple type de la personne qui fait de l’humour et qui passe des messages. Elle évoque le féminisme et recadre certaines choses notamment autour du phénomène « Connasse » de Canal +.

 

ITW-Bulles_Rashtag La dernière personne que tu as suivie sur Twitter ? 

 J#  Valérie Damidot. Je l’ai rencontrée il n’y a pas longtemps, ça a tout de suite matché avec elle. C’est quelqu’un que j’aime beaucoup.

 

ITW-Bulles_Rashtag La dernière personne qui t’a suivi sur Twitter ?  

 J#  J’ai été suivi récemment par Nikos Aliagas.

 

ITW-Bulles_Rashtag Le retour de la « Nouvelle Star » sur D8 dans quelques semaines : tu partages ou pas ? 

 J# Non, je ne partage pas. Pourtant j’étais fan de l’émission à l’époque de Christophe Willem et de Julien Doré mais je le suis moins aujourd’hui.

 

ITW-Bulles_Rashtag Tu as le choix entre un live-chat avec Christine Boutin ou Frigide Barjot : tu choisis qui ?  

 J# Les 2 si je peux ! J’ai besoin de comprendre. Je pense que Frigide Barjot s’en veut à mort donc j’aimerai bien entendre le discours d’une femme qui a des regrets. Et Christine Boutin pour comprendre comment on peut avoir fait autant d’études pour au final ne rien avoir compris de ce que l’on a étudié justement …

 

ITW-Bulles_Rashtag Si tu devais recommander quelqu’un en « Follow Friday » ? 

 J# Rachid Jelti bien sûr !

 

ITW-Bulles_Rashtag Si tu pouvais choisir un mot ou une phrase pour la placer en top tendance sur Twitter, ce serait quoi ?

 J# Ce serait #youpilavie

 

C’est la fin de l’interview. Merci Jarry et merci Youpi !

Merci. Youpi Rashtag !

 

Retrouvez Jarry dans « Atypique » du jeudi au samedi à 21h30 au Théâtre Trévise à Paris

Et dans « Face à la bande » à 17h50 sur France 2

Plus d’infos sur www.jarryatypique.fr

 

 

Partagez cette histoire
  • FAUVE

    Merci pour ce moment 2014 Fauve Hautot

    #FauveHautot #DanseAvecLesStars #MiguelAngelMunoz   Dans « Danse avec les Stars », il y a « Stars » et il y a ...
  • Interview Jarry : « Si tu n’es pas extraverti, tu ne deviens jamais une princesse »

    #Trévise #Atypique #DidierBourdon #JérémyMichalak #France2 #Arthur #AnthonyKavanagh #FlorenceForesti #FabriceLucchini #GillesVerdez #ElisabethBuffet #CharlotteGabris #JeffPanacloc Bonjour Jarry, merci d’avoir accepté de répondre aux ...
Chargez plus des Articles connexes
Voir plus d’articles Interviews

1 Commentaire


  1. Valide91

    14 novembre 2014 à 12 h 11 min

    Jarry, mon préfèré entre tous! Il a tout compris à la vie et il a tout mon soutien pour tous ses futurs projets.
    Je l’adore et son spectacle est juste démentiel!! A voir et à revoir!!
    Un homme en or qui déclenche l’hilarité dans les salles, pleins de sensibilité et de tendresse!
    Bref Jarry je t’

    Répondre

Laisser une réponse

Votre email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

A découvrir aussi

Aïda Touihri « Je prépare un recueil des blagues de Roselyne Bachelot »

#AïdaTouihri #LeGrand8 #LaurenceFerrari #RoselyneBachelot #HapsatouSy #ElisabethBost #CitéGagnant #LCP ...