Interviews
Ahou Ca Pourrait être pire - Rashtag

Interview Ahou « Etre authentique, ça prend du temps »

 

#Ahou #CaPourraitEtrePire #ComedieDesBoulevards #Paris #AscenseurEmotionnel #AhouVideSonSac #AntoinePonsart #PascalDaubias #ChantalLadesou #Osez 

Bonjour Ahou, merci de répondre aux questions de Rashtag. Nous allons parler de ton nouveau spectacle « Ca pourrait être pire » à la Comédie des Boulevards. Avant cela une question que l’on doit souvent te poser : Ahou, est-ce ton vrai prénom ? 

Effectivement, on me pose souvent la question. Mon vrai prénom est « Ahu » mais j’ai rajouté un « o » pour que les gens le prononcent correctement. Sinon, ça donnait un nom sympa mais qui était mal prononcé et ça peut être dommage. On va dire que j’ai décidé de faciliter la tâche du public. Ahou en turc, ça veut dire « yeux de la gazelle » ou « pieds de biche » selon comment on le prononce… (Rires…) Tu comprends bien que c’est un nom tellement authentique et atypique que je ne pouvais que le garder.

 

« J’étais comptable alors que je préfère les chiffres rangés aux chiffres à additionner… »

Tu as eu un parcours atypique puisque tu étais comptable avant de devenir comédienne. Comment passe-t-on de comptable à comédienne ? 

A la base, on est comptable parce qu’on nous dit qu’il faut faire un « vrai métier ». Je trouve que j’ai été très mal dirigée puisque si je m’étais rencontrée à l’époque, je ne me serais pas orientée vers cette voie… (Rires…) Vu que je suis plutôt quelqu’un qui aime parler et qui a de la tchatche, le « vrai métier » aurait plutôt été d’être commerciale par exemple. Je me suis donc retrouvée comptable alors que je ne sais toujours pas ce que font 1 + 1… Ce n’était pas une passion. Je préférais les chiffres rangés plutôt que les chiffres à additionner (Rires…) Au fur et à mesure des années, je passais tellement mon temps à faire rire les gens qu’autour de moi mes collègues m’ont conseillé de quitter le monde des chiffres à additionner. Du coup, je suis allée faire du théâtre et de la scène, je suis vite tombée complètement amoureuse de ce métier.

 

Tu as mis du temps avant de franchir le cap de tout quitter ?

Ca aura mis environ 2 années puisque d’abord j’ai pris des cours, j’ai fait en sorte d’apprendre le métier puis une fois que j’avais bien réfléchi et pris du recul, je me suis reconvertie dans cette nouvelle vie. Au début, j’étais hyper excitée à l’idée de me lancer dans la comédie. Une fois que l’on est lancé dans le bain, c’est là que l’on a nos craintes, nos peurs mais qui sont à mon avis normales dans ce milieu. J’ai eu la chance d’avoir des amis qui m’ont toujours encouragée et poussée vers cette passion qui était en moi depuis longtemps.

 

Ton premier spectacle s’appelait « Ahou vide son sac », on trouvait quoi dans le sac d’Ahou à l’époque ? 

On trouvait plein de trucs inutiles que l’on trouve dans le sac d’une fille comme un porte-clés avec 45 000 portes-clés mais une seule clé ! (Rires…) Je vidais aussi le sac des mecs, je trouvais des trucs dégueulasses. A l’époque, je vidais mon sac sur des sujets plus légers qu’aujourd’hui. Il y avait plein de personnages comme une schtroumpfette chaudasse et d’autres personnalités loufouques.

 

« Mon spectacle aide à relativiser la vie »

Plus tard, il y a eu ton deuxième spectacle au Petit Gymnase à Paris avec un titre intriguant : c’était quoi cette histoire d’ascenseur émotionnel ? 

Moi je suis quelqu’un de plutôt sensible donc dès que je sens une émotion, je la capte très rapidement. L’idée de ce spectacle, c’était de monter dans l’ascenseur de la vie, rencontrer des gens, capter leur émotion et revenir sur scène avec des personnages aussi délirants les uns que les autres. La schtroumpfette est revenue, il y avait également la barbie qui en a marre d’avoir 50 ans et d’être une bimbo mais aussi des sujets plus sérieux comme le personnage de cette fille racaille qui a peur de se marier. Ce sont plein de femmes qui m’ont inspirée et que j’ai essayé de mettre à l’honneur.

 

Tu as mis plusieurs années avant de remonter sur scène, pourquoi ? 

J’avais besoin de prendre du recul par rapport aux deux premiers spectacles, il fallait que je me laisse le temps pour réécrire et aller chercher dans mes tripes ce qui me faisait vibrer. Dans ce nouveau spectacle, j’avais vraiment envie d’être authentique et ça met du temps. Aujourd’hui, la personne que le public découvre sur scène, c’est vraiment moi puisque je me livre davantage que dans mes précédents spectacles.

 

Ton nouveau spectacle s’appelle « Ca pourrait être pire », d’où t’est venu ce titre ?

En fait « Ca pourrait être pire », c’est une phrase que je dis tout le temps. J’utilise aussi l’expression « C’est grave ou pas ? ». C’est une manière de me dire qu’il peut y avoir pire que la situation que l’on vit, ce qui permet de relativiser ce qui peut parfois nous paraitre compliqué.

 

« Evoquer ma culture franco-turque, c’était important »

Peux-tu nous raconter le pitch ?

« Ca pourrait être pire », ça évoque une certaine relativité et une distance avec des situations légères et d’autres plus graves de la vie. Quand je dis que ça pourrait être pire, ce n’est pas le fait qu’il y a des gens qui meurent de faim dans le monde alors que toi tu manges ton 16e pilon de poulet chez KFC… (Rires…) Le truc c’est de se dire que ça pourrait être pire dans le sens où ça pourrait être autrement, si l’on se positionne différemment et si l’on regarde à travers un autre prisme.

 

Tu évoques à plusieurs reprises tes origines turques. C’était important pour toi ?

Oui, c’était important. La double culture franco-turque dans laquelle je vis, c’est moi et ma personnalité. Comme j’ai décidé de donner de ma personne, c’était très important de pouvoir en parler. Je trouve en plus que l’on a une culture très riche et très vivante, j’avais envie d’en donner un peu au public.

 

Il y a des sketchs autour de sujets sérieux comme le tabac ou l’hôpital. Comment tu t’y es pris pour raconter ces histoires et y placer de l’humour ? 

Je pense que l’on peut rire de tout ce que l’on vit ou ce que nos proches ont vécu à partir du moment où l’on arrive à le transformer de manière humoristique. Quand tu vis une situation difficile, prendre du recul et en rire, ça peut t’aider à la surmonter aussi. C’est pour cette raison que je me permets sur ces sujets d’être parfois un peu caricaturale mais toujours en partant de choses vraies.

 

« Mon mentor ? Elie Kakou car il était drôle et émouvant à la fois »

Beaucoup d’humoristes passent aujourd’hui par le FIEALD, le Comedy Club ou la Troupe à Palmade, ça pourrait être un chemin qui t’intéresse ?

Moi, les scènes ouvertes, ça n’a jamais été mon truc. J’ai toujours pris des « bides » (Rires…) Comme j’essaie de défendre tout un univers bien précis lorsque l’on sort un personnage de son univers, ça marche moins bien. Je trouve ça pas évident de séduire le public en un seul sketch, j’ai besoin de prendre mon temps. Le format de mon spectacle ne se prête pas à ces scènes ouvertes.

 

Tu es à la Comédie des Boulevards, c’est une salle que tu connaissais ? 

C’est une salle pour laquelle j’ai eu un coup de coeur, j’étais là pour l’ouverture de ce théâtre et depuis je ne l’ai plus quitté. La Comédie des Boulevards, c’est la maison du bonheur, on y est très bien accueilli, c’est chaleureux, on se sent comme à la maison. Je suis très heureuse de jouer dans cette belle salle.

 

Est-ce qu’il y a des humoristes que tu as admirés ou dont tu étais fan ? 

Moi mon mentor c’est Elie Kakou, je trouve qu’il est drôle, émouvant, profond et authentique. J’aime beaucoup aussi Valérie Lemercier et Alexandre Astier.

 

Avant de finir, passons à l’Interview Hashtag.

 

L’Interview Hashtag d’Ahou

R# Vincent Lindon, Meilleur acteur au Festival de Cannes : tu retweetes ? 

A# Je retweete oui, c’est bien pour lui.

 

R# Enora Malagré prend les commandes de ‘Touche pas à mon Poste » en juillet : tu likes ?

A# Je like parce qu’elle est pétillante cette fille.

 

R# Entre Marianne James et Chantal Ladesou : avec quelle comédienne ça matcherait le plus ? 

A# Je dirais Chantal Ladesou parce qu’elle a une pêche d’enfer et qu’elle a une carrière exemplaire je trouve.

 

R# L’humoriste Arnaud Tsamère va prochainement animer « Une Famille en Or » sur TMC : quel commentaire t’inspire ce statut ? 

A# En toute bienveillance : passage dans une case bizarre.

 

R# Entre « On est pas couché » et « Salut les Terriens » : quelle émission mets-tu en favorite ? 

A# Ce serait « On est pas couché », j’aime beaucoup Laurent Ruquier.

 

R# Le dernier spectacle que tu aurais envie de partager ? 

A# Je dirais « Les Caramels Fous » au Théâtre Dejazet, un spectacle qui porte un message de manière positive, joyeuse et juste.

 

R# Le dernier son que tu as liké ? 

A# La chanson de The Avener, « Fade out lines ».

 

R# La dernière personne que tu as suivie ? 

A# Rashtag.

 

R# La dernière personne qui t’a suivie ? 

A# C’est Rashtag je crois aussi.

 

R# La personne que tu recommanderais ?

A# Ce serait Antoine Ponsart, mon co-auteur, sans qui mon spectacle ne serait pas ce qu’il est.

 

R# Quel hashtag pour conclure cette interview ?

A# Alors ce serait #osez.

 

R# C’est noté, merci beaucoup Ahou.

A# Merci beaucoup Rashtag. A bientôt.

 

« Ca pourrait être pire » avec Ahou à la Comédie des Boulevards : tous les lundis de juin à 20H sauf le 29 juin et dès le 22 septembre les mardis à 21H30. Co-auteur Antoine Ponsart et metteur en scène Pascal Daubias. Ahou est également coach et formatrice de théâtre en entreprise : www.coachenscene.com.

 Icone-Twitter_RashtagTwitter Ahou

Icone-Facebook_RashtagFacebook Ahou

 

Si vous avez aimé l’interview, n’oubliez pas de le liker, de le partager et de réagir sur Rashtag.fr.

 

Vous pouvez également le commenter sur les réseaux sociaux via notre compte @rashtagmedia.

 

Partagez cette histoire
  • Ahou Ca Pourrait être pire - Rashtag

    Interview Ahou « Etre authentique, ça prend du temps »

      #Ahou #CaPourraitEtrePire #ComedieDesBoulevards #Paris #AscenseurEmotionnel #AhouVideSonSac #AntoinePonsart #PascalDaubias #ChantalLadesou #Osez  Bonjour Ahou, merci de répondre aux questions de Rashtag. Nous ...
Chargez plus des Articles connexes
Voir plus d’articles Interviews

Laisser une réponse

Votre email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

A découvrir aussi

Ally Hana « Un télé-crochet ? Je n’en ai jamais eu envie »

#AllyHana #MonSoleil #Capitol #Jonesic #LunSansLautre #MarinaKaye #ArianaGrande #EdSheeran ...